Quand Lulu raconte...

31 mars 2015

Mots d'autres

Et puis il avait prononcé le mot "tumeur". Un des mots de la langue française qui m'effraye le plus. 

Tout comme "gérer", "fraction", "bilan", "juilletiste", "chroniqueur", "consanguin", "ponction", "derechef", "râpeux". 

 

David Foenkinos - Je Vais Mieux

Posté par Lulu Berlue à 17:15 - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 mars 2015

Subterfuge

Pour faire illusion, 
Pleurer sous la douche, 
Mettre ça sur le dos du savon. 

Posté par Lulu Berlue à 14:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mars 2015

Enclume

Y'a des matins qui pèsent des tonnes. 
Y'a des matins à l'eau salée. 
Des matins qui peuvent t'étouffer s'ils le voulaient. 
Tu les laisseras pas faire, seulement s'avancer. 
Des réveils difficiles, mais des envies de vie. 
Y'a des matins qui pèsent des tonnes, aussi lourds à porter que le poids de la liberté qu'on a choisie. 

Posté par Lulu Berlue à 09:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mars 2015

Turbulences

Turbulences.

Tri.

Trauma.

Trop pratique, pathétique.

Taboulet, sans poulet.

Tord.

Taire.

Terre.

Terriblement amère.

Têtue.

Tendue.

Ténu, le fil qui retient l'équilibre fragile.

Toux.

Tout.

Tourbillon d'amour au creux du bide.

Tare.

Tabouret.

Templiers.

Tablier.

Tant de peurs rassemblées.

T'en aller.

Tendre l'oreille ou les lèvres rosées.

T'étirer.

T'oublier, te retrouver.

Turbulences.  

Posté par Lulu Berlue à 08:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mars 2015

Nota bene

Je voulais t'emmener dans mon rêve, ou alors dans mon souvenir, je ne sais plus très bien. 

Je voulais t'y emmener comme on réveille quelqu'un à deux heures du matin, comme une urgence "habille-toi, viens, on s'en va, je voudrais te montrer quelque chose"
Ma mémoire m'abandonne encore mais j'insiste, viens, habille toi, je voudrais te montrer quelque chose. 
Un paysage, un objet ou le vent dans les feuilles, je ne m'en souviens pas. 
Peut-être qu'en fermant les yeux très fort et en emmenant ton absence avec moi, j'aurais alors au réveil, un nouveau souvenir, une image ancienne, une révélation ou un vide immense. 
Je prendrai tout. 

Je te souffle un silence, qui se perd dans les grands arbres.  

Au réveil, la robe était bleue. 

 

La dame en bleu Jean Baptiste Camille Corot

La Dame en bleu - Jean-Baptiste Camille Corot 

1874

Posté par Lulu Berlue à 08:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]